vendredi 17 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Abong-Mbang: des gestionnaires outillés pour vérifier la qualité du bois

Pendant cinq jours, 15 responsables de forêts communautaires à l’Est Cameroun ont appris à distinguer les produits forestiers illicites des produits licites et à suivre l’entité forestière à l’origine de ces exploitations illégales.

Face à l’exploitation hors limite du bois dans les forêts communautaires d’Abong-Mbang à l’Est Cameroun, des communautés forestières sont longtemps restées impuissantes et sans aucun moyen pour vérifier l’origine du bois et l’exploitation qui en était faite. Pour amener ces gestionnaires des forêts à distinguer les produits forestiers illicites et à s’assurer que seul le bois produit de manière légale est en circulation à Abong-Mbang, l’ONG internationale Service d’appui aux initiatives locales de développement (Saild) a organisé pendant cinq jours, soit du 14 au 18 août dernier à l’Est Cameroun une formation à l’intention de ces gestionnaires de forêts.

Pour leur faciliter la tâche dans le contrôle et le suivi de la légalité du bois produit à Abong-Mbang, le Saild a mis à leur disposition un outil simple et adapté aux pratiques d’exploitation et de gestion des forêts. Ce système de vérification de la légalité du bois (SVL) leur permettra de s’assurer que l’entité forestière qui exploite le bois à l’Est Cameroun est légale et que sa chaine d’approvisionnement est conforme aux normes en vigueur. Les 15 gestionnaires et responsables des forêts communautaires  de l’Est Cameroun ont appris à suivre le parcours du bois depuis son exploitation jusqu’à sa vente dans les marchés. Ces gestionnaires de forêts ont également pu rentrer en possession de statistiques sur l’exploitation des forêts communautaires.

Grace à l’outil SVL, les communautés forestières qui disposent d’un fort potentiel de production du bois pourront désormais alimenter le marché national et dénoncer les différentes illégalités qui seront pratiquées dans leur zone. C’est à la faveur de la ratification par le Cameroun et l’Union européenne en août 2011 d’un accord de partenariat volontaire que le SVL a été mis en place. Cet outil tient compte des réglementations forestières en vigueur au Cameroun et au sein de l’Union européenne, et également de la gouvernance et des échanges commerciaux du bois et des produits dérivés entre ces pays européens et le Cameroun

Selon les statistiques de 2016 du ministère de la Faune, les forêts communautaires ont un potentiel de production estimé entre 120 000 et 150 000 m3 de bois par an. Malgré ce fort potentiel, ces forêts n’alimentent le marché national qu’à hauteur de 2 à 4 %, le reste de la production étant détournée dans divers circuits illégaux.

0
Partages
0
Partages
×
LISEZ AUSSI