mercredi 22 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Can 2019 : Abdouraman Hamadou traîne la Caf au Tas, Tombi à Roko contre-attaque Spécial

L’opposant à la Fécafoot a attaqué la décision de la Caf qui modifie le cahier de charges du tournoi.


Alors que l’on croyait le Cameroun avoir plié devant la décision de la Confédération africaine de football (Caf) d’implémenter la réforme de la Coupe d’Afrique des nations senior masculine à la prochaine édition qu’abrite le Cameroun, Abdouraman Hamadou surprend et attaque pour le compte de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). «Étoile Filante de Garoua, que j'ai l'honneur et la fierté de présider a, en tant que membre de la Fécafoot, saisi le Tas pour contester la décision du Comité Exécutif de la Caf du 20 juillet 2017 de passer dès l'édition 2019 à une Can à 24 équipes», informe-t-il sur son mur facebook. «Cette procédure vise essentiellement à obliger la Caf à revenir à une Can à 16 équipes en 2019 avec le cahier des charges initialement validé», précise celui qui dit apporter ainsi œuvrer afin «de permettre au Cameroun de préserver toutes ses chances d'organiser sereinement en 2019 cette grande fête du football». Là où le gouvernement a déjà assuré pouvoir remplir le nouveau cahier de charges. Avec désormais six stades pour matchs et 24 pour entraînements. En plus des autres infrastructures. Or le Cameroun est en retard dans ces chantiers infrastructurels. A moins de deux ans de l’événement.


Le plaignant reste sceptique, «compte tenu des conséquences multiformes de cette décision et qui sont susceptibles à terme de donner à la Caf des motifs pour dessaisir le Cameroun de l'organisation de cette Can tant rêvée depuis de très longues années», mentionne-t-il. Brandissant la décision du Tribunal arbitral du Sport de février 2017 qui annule selon lui, le processus électoral ayant conduit à l’élection de Tombi à Roko Sidiki à la tête de la Fécafoot, le plaignant induit que «la Fécafoot est actuellement dirigée par un faux président et de faux membres du Comité Exécutif». Evoquant «l'incapacité évidente de ces usurpateurs à saisir les juridictions au nom de la Fécafoot, notamment le Tas», l’ancien directeur du département communication de la Fécafoot, dit agir en tant qu’acteur du football, en sa qualité de président d’Etoile filante de Garoua. «Les dispositions des Statuts de la Fécafoot qui donnent le pouvoir à ses membres d'agir pour sauvegarder l'intérêt de la fédération en pareille circonstance», justifie-t-il son intérêt à ester en justice.


«C'est de l'arbitraire et de l'abus d'autorité»


Et la Fécafoot n’a pas attendu la balle au rebond. Dans un communiqué publié ce même 28juillet 2017, Tombi à Roko Sidiki «réaffirme la volonté de la Fécafoot, de concert avec le gouvernement de la république, de respecter la décision (querellée) du Comité exécutif de la Caf». Mieux, «la Fédération camerounaise de football apportera sa contribution au gouvernement de la république et à la Confédération africaine de football, en vue d’une organisation optimale de la toute première phase finale à 24 équipes de la Coupe d’Afrique des nations», garantit-il. A l’occasion, le patron du football camerounais rappelle que «monsieur Abdouraman Hamadou Babba n’est pas président d’Etoile filante de Garoua et n’occupe aucune fonction officielle dans ce club». Se fiant à l’assemblée générale extraordinaire du club qui, le 11 septembre 2014, démettait Abdouraman pour élire Hamadou Abdoulaye à la tête du club mythique de Garoua.


C’est un nouveau front qu’ouvre le client habituel des juridictions sportives nationales et internationales. Cette fois-ci la cible est la Caf jusqu’ici, à l’abri des flèches de l’ancien cadre de la Fécafoot révolté. Au lendemain de la décision de la Caf, Abdouraman Hamadou s’était déjà dit «choqué par la manière avec laquelle le Cameroun est traité par la Caf». Et s’indignait : «c'est de l'arbitraire et de l'abus d'autorité ; on ne modifie pas unilatéralement un contrat liant deux parties sans que cela soit justifié par la survenance d'un cas de force majeure ! C'est insupportable pour le citoyen camerounais que je suis ! Ça ne devrait pas se passer comme cela et ça ne doit pas se passer comme cela. Il s'agit tout de même du Cameroun et du Football ! On mérite plus de respect malgré nos propres turpitudes», crachait-il.

Dernière modification le lundi, 31 juillet 2017 21:52
0
Partages
0
Partages
×
LISEZ AUSSI