dimanche, 15 juin 2014 06:40

Les non-dits de la visite de Guillaume Soro au Cameroun Spécial

Écrit par 

L’homme d’Etat ivoirien (en photo) a été l’hôte de Cavaye Yéguié Djibril entre le 10 et le 14 juin 2014. Il dit être venu parler du panafricanisme. Objectif, démystifier l’image de Laurent Gbagbo dans le cœur des Camerounais.


Il est souvent préférable de ne pas prendre les hommes politiques au mot lorsqu’ils décident de communiquer sur un sujet d’importance. Cette exigence s’applique au discours développé par le président de l’Assemblée nationale ivoirienne lors de son récent séjour à Yaoundé. Dans les carnets officiels de son homologue camerounais qui lui a transmis une invitation, Guillaume Kigbafori Soro est arrivé pour la première fois au Cameroun dans le cadre de la coopération interparlementaire. Pourtant tout au long de sa visite et n’eut été le fait qu’il s’est surtout illustré à l’hémicycle de Ngoa Ekelle, l’observateur ne retiendra quasiment rien du point de vue interparlementaire du passage de Soro à Yaoundé. Cela n’enlève en rien sa performance : depuis 31 ans, c’est le premier député étranger à prendre la parole devant la représentation nationale. Côté Cameroun, le seul bénéfice immédiat est que Cavaye Yéguié Djibril est également attendu au palais de l’Assemblée nationale à Abidjan dans les prochains mois.


Ceux qui sont déçus par l’inconsistance des fruits des quatre jours de visite de Soro auprès de l’establishment de Yaoundé doivent revoir leurs notes. Il faut se rappeler au bon souvenir des sorties de l’homme politique sur son compte Twitter, quelques jours avant de fouler le sol camerounais. Sans que personne ne lui pose la question, l’homme fort du Ferkessédougou, Nord de la Côte d’Ivoire avait déjà annoncé la couleur sur les réseaux sociaux. Il serait venu au Cameroun pour introduire les Camerounais au «vrai panafricanisme». Il a expliqué sur le perchoir de l’Assemblée nationale du Cameroun que le panafricanisme ne doit pas être confondu avec la volonté de garder le pouvoir à tout prix sous le couvert d’une résistance anticoloniale. Pour illustrer son point de vue, il a posé quelques ‘‘questions de confiance’’ à ses collègues camerounais. «Sont-ils panafricanistes, ces Ivoiriens qui ont massacré le Burkinabé et le Malien, pour la simple et bonne raison qu’ils étaient Burkinabé et Malien ? Sont-ils panafricanistes, ceux qui considèrent les Camerounais vivant dans leur pays comme des sous-hommes ?». Devant la représentation nationale, il n’a pas tergiversé sur la cible de son argumentation. Laurent Gbagbo. De l’avis de Soro, l’ancien président de la République s’est rendu coupable d’un discours galvaudé sur panafricanisme pendant la crise postélectorale en Côte d’Ivoire alors même que pendant son séjour à la tête du pays, il a institutionnalisé l’Ivoirité, un «colonialisme tropicalisé».


Remettre en cause le panafricanisme de Gbagbo et de ses partisans n’est pas un exercice gratuit pour la deuxième personnalité de la Côte d’Ivoire. L’opinion publique camerounaise joue en effet un rôle important dans la formation politique des Ivoiriens notamment par voie de presse. Une source ministérielle proche du dossier indiquait récemment dans une conversation privée que le pays d’Alassane Ouattara souffre de son retard en matière de développement de médias audiovisuels. Seuls deux chaînes de télévision possèdent le droit d’émettre sur le territoire national en onde hertziennes. Grand inconvénient, ces chaînes appartiennent toutes à l’Etat et sont donc gérées par le gouvernement. Du coup, les populations se rabattent sur le câble pour s’informer davantage. Or sur ce canal, les télévisions camerounaises tiennent la dragée haute en termes d’offres et en termes de qualité, ne serait-ce qu’en Afrique francophone. A l’approche des élections présidentielles de 2015, le pouvoir ivoirien actuel ne voudrait pas/plus avoir l’opinion (médiatique) camerounaise à dos.

Les autorités locales lui ont donné la tribune qui lui manquait...

Il est alors facile de comprendre pourquoi Guillaume Soro a tenu à prendre la parole sur la tribune de l’Assemblée nationale lors de la cérémonie solennelle d’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année. Il savait pertinemment que sa démarche allait largement être reprise parce que polémique. Et il a eu raison. Les députés du Social democratic Front n’ont pas avalé la pilule. Ils ont claqué la porte de l’hémicycle et la presse s’est emballée. Une presse chauffée à blanc, le type de perspective qui n’effraie pas le secrétaire général des Forces nouvelles. Au contraire. Il a pu rencontrer certains éditeurs de presse et a donné une conférence aux journalistes camerounais le 14 juin 2014.


Même si on peut regretter que les questions posées à l’ancien leader de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire soient restées inutilement techniques et évasives, cette ultime rencontre avec la presse, au sortir de quatre jours de visite a réussi à confirmer une intuition. Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne a mené une opération séduction au Cameroun. Et les autorités locales lui ont donné la tribune qui lui manquait depuis la chute de Laurent Gbago en avril 2011. Reçu par le président de la République, par le président du Sénat et par le président de l’Assemblée nationale, l’ancien premier ministre ivoirien peut justifier l’impression qu’il a d’une visite réussie. Tout le monde semble l’avoir rassuré sur la volonté du Cameroun d’accompagner désormais la Côte d’Ivoire de Ouattara. Si on ne peut pas douter des bonnes intentions des officiels – qui n’ont pour ainsi dire, rien à perdre dans l’affaire – il faut prendre avec moult précautions les assurances des leaders d’opinion. Car pour eux, comme pour Soro lui-même, des paroles et des actes, il est bien souvent indiqué de ne s’en tenir qu’aux actes.

Partager l'article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
William Bayiha

Journaliste presqu'engagé. Mes informations sont sures : ma source c'est vous !

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Diaspora saga



Dossiers



C'est Comment ?


by Free Games

Newsletter

Weather in  Yaounde 

Current Forecast
Sun, 21 Sep 2014 6:00 pm WAT
Partly Cloudy
25°C
High: 27°C
Low: 19°C
Sunrise  6:03 am
Sunset 6:09 pm
Wind: 9.66 kmh
Humidity: 74 %
Visibility: 9.99 km
Barometer: 982.05 mb
RISING
 
Tommorow
 22 Sep 2014
Thunderstorms
 
27°C / 19°C
Tommorow
 23 Sep 2014
Thunderstorms
 
27°C / 19°C
Tommorow
 24 Sep 2014
Thunderstorms
 
26°C / 19°C
Tommorow
 25 Sep 2014
Thunderstorms
 
26°C / 19°C
Tommorow
 26 Sep 2014
Thunderstorms
 
25°C / 19°C
Tommorow
 27 Sep 2014
Thunderstorms
 
26°C / 19°C
Tommorow
 28 Sep 2014
Thunderstorms
 
27°C / 19°C
Tommorow
 29 Sep 2014
Thunderstorms
 
26°C / 19°C
Tommorow
 30 Sep 2014
Thunderstorms
 
26°C / 19°C
© Copyright 2014. News du Cameroun.
Google+